mardi 16 mai 2017

Toujours en panne de serveur alors je vous salue

j'espére Mimi que tu as pu me laisser un mail avec ton phone.

lamangou@gmail.com
 
je ne te derangerai pas mais c'est pour organiser de se voir
avec françois avant mon départ sur le sud le 3juin

 ce qui n'est pas organisé, ne se fait pas dans l'espace de mes vacances. Nous avons envie de nous rencontrer , n'est-ce pas ?

j'espére que vous allez bien tous je vais aller faire un tour sur vos blogs.

j'espére que vous étes satisfaits des éléctions : pas obligés de repondre...

 Vous me manquez mais les affaires ordinateurs quand on est seule c'est comme de construire seule sa maison;

je vous embrasse et à très bientôt

F
 fenêtre de van gogh

 sur un des blogs de ma liste
vivre l'instant

Frankie Map 's Monde
d'un des blog google compagnie

 

mercredi 3 mai 2017

Retour un instant sur l’île Salouraï internet.



Retour un instant sur l’île Salouraï internet.
Je vous remercie de votre belle unanimité sur le voyage à Gorée. C’est toujours délicat de toucher à un point de la grande histoire, en la respectant en la faisant respirer de ses épices de l’âme humaine très profondément et de la respecter.
Votre timbre  me fait plaisir . Respect Gorée.
J’ai quelques difficulté avec internet alors je ne vous oublie pas  et pour François de Nice et Mimi du sud  pouvez vous sur mon mail m’envoyez votre phone. Ce sera pas beaucoup utilisez  je préfére regler tout par mail pour un rv  de pique nique dans un lieu où il a des tables de pique nique afin que nous passions un sympa repas ensemble lors de mon voyage dans le sud du  4 juin au 9.

Et à tout bient^to pour d’autre épisode de l’épopée de Pélagie et sa grande famille  d’animaux de la brousse…

bye frankie Map's Monde 
arbre d'Istambul. Photo de mon amie Marga

RûMî


L’être humain est une auberge
Chaque matin un nouvel arrivant
Une joie, une déprime, une bassesse
Une prise de conscience momentanée arrive
Tel un visiteur inattendu.
Accueille-les et reçois-les tous
Même s’il s’agit d’une foule de regrets
Qui d’un seul coup balaye ta maison
Et la vide de ses biens.
Chaque hôte, traite le avec respect
Peut-être te prépare-t-il
À quelque nouveau ravissement.
Les sombres pensées, la honte, la malveillance
Ouvre-leur la porte en riant
Et invite-les à entrer
Aie de la gratitude
Pour tous ceux qui arrivent
Car chacun a été envoyé
D’en haut comme guide. »
RÛMÎ


 


L’être humain est une auberge
Chaque matin un nouvel arrivant
Une joie, une déprime, une bassesse
Une prise de conscience momentanée arrive
Tel un visiteur inattendu.
Accueille-les et reçois-les tous
Même s’il s’agit d’une foule de regrets
Qui d’un seul coup balaye ta maison
Et la vide de ses biens.
Chaque hôte, traite le avec respect
Peut-être te prépare-t-il
À quelque nouveau ravissement.
Les sombres pensées, la honte, la malveillance
Ouvre-leur la porte en riant
Et invite-les à entrer
Aie de la gratitude
Pour tous ceux qui arrivent
Car chacun a été envoyé
D’en haut comme guide. »
RÛMÎ


mardi 25 avril 2017

Ce sang , se sent,....! Ateleir d'écriture de Frankie Pain à la petite Rockette

Sur le théme de la route j'ai animé mon atelier d'écriture de la petite rockette.
bientôt viendront fleurir les billets de chacunes des participantes

Aurore , Daniele, Roxane, et notre gillou pathelin  avait pris en ces temps remués, le rôle de sentinelle pour sune conférence sur la Sy









rie.


 Ce sang ,   se sent,....!




Pélagie est sur le bateau de Dakar à Ile de Gorée. C’est une pose de tournage. Gardes du corps obligatoire. Elle a choisit un maître en art oratoire ; dans les conflits c’est la palabre qui trouve solution dans ce pays. Le deuxième body Guard est un troisième dan d’aïkido. Pour Pélagie pas de corps à corps : prendre simplement l’énergie de la violence, la retourner sur l’agresseur. Sa camériste des cheveux l’accompagne. Deux blanches dans le paysage attirent moins l’attention qu’une blanche toute seule. Quand nous portons un personnage en nous, nous n’avons pas les mêmes intuitions que quand nous sommes seule à bord de notre carlingue.

Dakar a changé beaucoup depuis 1963. C’est grâce à l’odeur de poissons sur une place à la nuit tombée, qu’elle a retrouvé le déploiement de la ville de Dakar où elle passa son certificat d’études au point E. Presque méconnaissable..... la "gueule cassée" non , avec les tailleurs d’ivoire qui vous invitent dans l’arrière boutique pour continuer leur taille de l’ivoire et partager un thé avec nous et rires des temps anciens. L’arrivée des pécheurs dans leur impressionnantes grandes pirogues aux couleurs à dompter les vagues. Les Mamelles en revenant de l’aérogare.


Les quais du bateau sont plein à déborder. Se mettre  à la baille l’imprudent. (La baille comme on dit à la flotte dans le pays des mojettes).La palette des couleurs est au zénith. Nous ne savons pas où tendre notre regard tant l’art de la couleur des boubous et des turbans dans les cheveux des femmes sont des flamboyants aux gammes  des plus osées.
Le poète dit à l’oreille de Pilar : ce chemin nous mènera-t-il quelques parts ?

Pélagie
-En voyage ce qui compte c’est le ferment de nos pensées. Elles se fécondent comme le pollen transportées par les abeilles : arbre être à l’autre arbre être.

-Toubab, nos corps expriment nos hautes pensées, elles jaillissent comme un lion à l’heure de sa grande faim ou comme le lion de Schiller un rugissement sans faim, sans fin  offert à la forêt.

Rires des deux 
-Cher poète, vous me troublez,…….. Vous regorgez de charme, si votre gestuelle m’épate, votre ensemencement ependant sera que par vos mots, ce Nous  mots qui nous font corps.

-Toubab, d’abord tu es bien la rare à me vouvoyer. Ton rôle te l’interdit n’est ce pas ?..... Je ne sens pas ceci comme une dérobade même si  c’est cela au fond dans ma pirogue ailée des profondis, …….que j’ attends toi dans un bivouac à la lune.

 Rires tendres de Pélagie

- ………Oui. Vous avez lu juste. Voyons où ce chemin à Gorée, nous mène aussi. ……….J’entends en moi les cris de faibles esclaves que l’on a jeté à l’eau. J’entends le grincement de chaines , le grincements des mandibules de croco . Ils déchiquètent et broient. .

Je t’appelle le poète négre. Négre est une race alors que noir est une couleur…

le poéte

- Aimer l’Afrique et être passée hors de leurs mots, leurs langues, leurs combats c’est être une piètre amoureuse de ce grand continent minerai noir ….

-Toubab toubab pas comme les autres…

la moitié de ma route de ce jour
demain la suite

                                                                                                          de Frankie Map's Monde
droits réservés


 belle lecture et à demain....